Aymon (Savoie) de Savoie

Aymon (Savoie) de Savoie (1291 - 1343)

Privacy Level: Open (White)
Count Aymon "le Pacifique, the Peaceful" de Savoie formerly Savoie aka de Savoye, di Savoia, d'Aoste et de Maurienne
Born in Chambéry, Savoie, Francemap
Ancestors ancestors
Husband of — married [date unknown] [location unknown]
Descendants descendants
Died in Montmeillan, Savoie, Francemap
Profile last modified
This page has been accessed 688 times.
European Aristocracy
Aymon (Savoie) de Savoie was a member of aristocracy in Europe.
Join: European Royals and Aristocrats 742-1499 Project
Discuss: euroaristo

Contents

Aymon de Savoie

Aymon de Savoie, dit le Pacifique, né à Chambéry le 15 décembre 1291 et mort à Montmélian le 22 juin 1343, est comte de Savoie, d'Aoste et de Maurienne de 1329 à 1343.

Fils cadet d'Amédée V et de Sibylle de Bâgé, il reçoit une formation ecclésiastique et exerce la charge de chanoine du chapitre de Lyon sans être prêtre. Il se trouve à Avignon, auprès du pape Jean XXII lorsqu'il apprend sa nouvelle destinée.

Il passe les premières années de son règne à combattre le dauphin Guigues VIII. À la mort de ce dernier, au château de La Perrière, il conclut avec le nouveau dauphin Humbert II, le traité de Chapareillan signé en 1334 dans lequel il reconnait le Rhône comme frontière entre la Savoie et le Dauphiné septentrional. Ce traité apporte une période de paix qui vaut à Aymon le surnom de Pacifique.

Durant la guerre de Cent Ans, il aide Philippe VI de Valois, roi de France, à combattre Édouard III, roi d'Angleterre et participe notamment à la guerre des Flandres.

Il crée les Assises Générales de Savoie, qu'il préside lui-même et qui avaient lieu en mai chaque année. Il établit une cour permanente de justice à Chambéry qui décharge le Conseil suprême, lequel suivait les déplacements du comte. Il installe définitivement au château de Chambéry la chambre des Comptes, où les châtelains viennent rendre leur comptabilité. Il agrandit les bâtiments du château et y faire construire une chapelle.

Il épouse à Casal le 1er mai 1330, Yolande de Montferrat (1318 † 1342), fille de Théodore Ier Paléologue, marquis de Montferrat, et d'Argentina Spinola, desquels il a cinq enfants :

  • Amédée VI (1334 † 1383) qui lui succedera
  • Blanche Marie (1336 † 1387), mariée en 1350 à Galéas II Visconti (1320 † 1378), seigneur de Milan
  • Jean (1338 † 1345)
  • Catherine (1341 †)
  • Louis (1342 † mort-né) dont la naissance coûte la vie à sa mère Yolande. Selon certaines sources c'est Catherine1,2. Selon d'autres, c'est Louis3.

Il est inhumé dans la chapelle des Princes de l'Abbaye d'Hautecombe, chapelle qu'il a lui-même fait construire pour y rassembler les restes de ses aïeux.

Hors mariage, Aymon eut un certain nombre (estimé à sept ou huit) d'enfants illégitimes qui furent tous élevés à la cour. L'un d'eux, Humbert Ier, surnommé le bâtard de Savoie, fut seigneur d'Arvillard et des Molettes et s'unit à la famille Chevron Villette.

Références

: ouvrage ou article utilisé comme source pour la rédaction de cet article

  1. ↑ Claudius Blanchard (Académie de Savoie), Histoire de l'abbaye d'Hautecombe en Savoie avec pièces justificatives inédites [archive], Société savoisienne d'histoire et d'archéologie, Tome 11 (1867), 744 pages ; pages 212 à 218.
  2. ↑ Cabaret, « AYMON «le pacifique» [archive] » sur http://cabaret.over-blog.org/ [archive], Savoie médiévale, 28 janvier 2005. Consulté le 18 octobre 2012.
  3. ↑ Guy Gamen & Gisèle Thibault, « Amédée V le Grand 1249-1323 [archive] » sur http://cabaret.over-blog.org/ [archive], Commune des Marches, Juillet 2011. Consulté le 18 octobre 2012.

Louis Charles Dezobry et Théodore Bachelet, Dictionnaire de Biographie et d’Histoire, Paris, 1863 [détail de l’édition].

Bibliographie

  • [Demotz 2000] Bernard Demotz, Le comté de Savoie du XIe au xve siècle : Pouvoir, château et État au Moyen Âge, Genève, Slatkine, 2000, 496 p. (ISBN 2-05101-676-3).

Wikipédia: Aymon de Savoie (http://fr.wikipedia.org/wiki/Aymon_de_Savoie : accessed 04 Apr 2013)


Biography

Aymon de Savoie

Aymon de Savoie, dit le Pacifique, né à Chambéry le 15 décembre 1291 et mort à Montmélian le 22 juin 1343, est comte de Savoie, d'Aoste et de Maurienne de 1329 à 1343.

Fils cadet d'Amédée V et de Sibylle de Bâgé, il reçoit une formation ecclésiastique et exerce la charge de chanoine du chapitre de Lyon sans être prêtre. Il se trouve à Avignon, auprès du pape Jean XXII lorsqu'il apprend sa nouvelle destinée.

Il passe les premières années de son règne à combattre le dauphin Guigues VIII. À la mort de ce dernier, au château de La Perrière, il conclut avec le nouveau dauphin Humbert II, le traité de Chapareillan signé en 1334 dans lequel il reconnait le Rhône comme frontière entre la Savoie et le Dauphiné septentrional. Ce traité apporte une période de paix qui vaut à Aymon le surnom de Pacifique.

Durant la guerre de Cent Ans, il aide Philippe VI de Valois, roi de France, à combattre Édouard III, roi d'Angleterre et participe notamment à la guerre des Flandres.

Il crée les Assises Générales de Savoie, qu'il préside lui-même et qui avaient lieu en mai chaque année. Il établit une cour permanente de justice à Chambéry qui décharge le Conseil suprême, lequel suivait les déplacements du comte. Il installe définitivement au château de Chambéry la chambre des Comptes, où les châtelains viennent rendre leur comptabilité. Il agrandit les bâtiments du château et y faire construire une chapelle.

Il épouse à Casal le 1er mai 1330, Yolande de Montferrat (1318 † 1342), fille de Théodore Ier Paléologue, marquis de Montferrat, et d'Argentina Spinola, desquels il a cinq enfants :

  • Amédée VI (1334 † 1383) qui lui succedera
  • Blanche Marie (1336 † 1387), mariée en 1350 à Galéas II Visconti (1320 † 1378), seigneur de Milan
  • Jean (1338 † 1345)
  • Catherine (1341 †)
  • Louis (1342 † mort-né) dont la naissance coûte la vie à sa mère Yolande. Selon certaines sources c'est Catherine1,2. Selon d'autres, c'est Louis3.

Il est inhumé dans la chapelle des Princes de l'Abbaye d'Hautecombe, chapelle qu'il a lui-même fait construire pour y rassembler les restes de ses aïeux.

Hors mariage, Aymon eut un certain nombre (estimé à sept ou huit) d'enfants illégitimes qui furent tous élevés à la cour. L'un d'eux, Humbert Ier, surnommé le bâtard de Savoie, fut seigneur d'Arvillard et des Molettes et s'unit à la famille Chevron Villette.

Références

  1. ↑ Claudius Blanchard (Académie de Savoie), Histoire de l'abbaye d'Hautecombe en Savoie avec pièces justificatives inédites [archive], Société savoisienne d'histoire et d'archéologie, Tome 11 (1867), 744 pages ; pages 212 à 218.
  2. ↑ Cabaret, « AYMON «le pacifique» [archive] » sur http://cabaret.over-blog.org/ [archive], Savoie médiévale, 28 janvier 2005. Consulté le 18 octobre 2012.
  3. ↑ Guy Gamen & Gisèle Thibault, « Amédée V le Grand 1249-1323 [archive] » sur http://cabaret.over-blog.org/ [archive], Commune des Marches, Juillet 2011. Consulté le 18 octobre 2012.
  • Louis Charles Dezobry et Théodore Bachelet, Dictionnaire de Biographie et d’Histoire, Paris, 1863 [détail de l’édition].

Bibliographie

  • [Demotz 2000] Bernard Demotz, Le comté de Savoie du XIe au XVe siècle : Pouvoir, château et État au Moyen Âge, Genève, Slatkine, 2000, 496 p. (ISBN 2-05101-676-3).

Wikipédia: Aymon de Savoie (http://fr.wikipedia.org/wiki/Aymon_de_Savoie : accessed 18 Mar 2013)


Aimone di Savoia, detto il Pacifico (Chambéry, 15 dicembre 1291 – Montmélian, 22 giugno 1343), fu Signore della Savoia e Conte d'Aosta e Moriana dal 1329 al 1343.

...

Fratello del precedente Edoardo, nato dal conte Amedeo V di Savoia e da Sibilla de Baugé sua prima moglie, occupò il trono Sabaudo non senza contrasti per la pretesa alla corona di Giovanna, unica figlia del conte Edoardo.

...

Sposò Violante (o Iolanda) di Monferrato (†1342) il 1º maggio 1330 dalla quale ebbe:

  • Bianca (1331-31 dicembre 1387), che nel 1350 sposò Galeazzo II Visconti Duca di Milano;
  • Amedeo (Chambery, 4 gennaio 1334-1 marzo 1383), suo successore con il nome di Amedeo VI, detto il Conte Verde;
  • Giovanni (settembre 1338-1345);
  • Caterina (1341);
  • Ludovico (14 gennaio 1342-?), la cui nascita costò la vita alla madre; partecipò alla Battaglia di Parabiago (1339) in qualità di alleato di Azzone Visconti.

Ebbe inoltre alcuni figli al di fuori del matrimonio:

  • Umberto (†1394), signore di Arvillard, capostipite della linea Savoia-Arvillard, che sposò in prime nozze Andiza di Arvillard ed in seconde nozze Margherita di Chevron-Villette;
  • Oggero (†1372);
  • Giovanni (†1347), canonico di Losanna e di Ginevra;
  • Donata, monaca a Bons nel Bugey.
  • Muzio (+1398)
  • Antonio (+1400).

Wikipedia, l'enciclopedia libera (http://it.wikipedia.org/wiki/Aimone_di_Savoia_%281291-1343%29 : accessed 21 Feb 2013)



More Genealogy Tools



Sponsored by MyHeritage




Search
Searching for someone else?
First: Last:

DNA
No known carriers of Aymon's Y-chromosome or his mother's mitochondrial DNA have taken yDNA or mtDNA tests.

Have you taken a DNA test for genealogy? If so, login to add it. If not, see our friends at Ancestry DNA.



Images: 2
Aymon de Savoie Image 1
Aymon de Savoie Image 1

Aymon de Savoie Image 2
Aymon de Savoie Image 2

Collaboration

Aymon is 22 degrees from Judy Garland, 25 degrees from Mindy Silva and 16 degrees from Victoria of the United Kingdom of Great Britain and Ireland on our single family tree. Login to find your connection.

S  >  Savoie  |  D  >  de Savoie  >  Aymon (Savoie) de Savoie